Le guide de la bourse

1ère visite | Le guide | La bourse | Questions fréquentes | Lexique



L'analyse graphique

L'Analyse Graphique est un ensemble de méthodes qui, par le seul examen de l'évolution de cours de bourse, vise à reconnaître des configurations caractéristiques.

Elle est le principal sous-ensemble de l'Analyse Technique qui, de façon plus générale, cherche à observer un marché sous tous ses aspects statistiques en vue d'en prévoir les tendances futures.

Ainsi la visualisation des graphiques boursiers s'accompagne de l'analyse des volumes échangés ainsi que celle d'indicateurs mathématiques résultant d'algorithmes pouvant combinant cours, temps et volumes.

Souvent opposée à l'analyse fondamentale, l'Analyse Technique possède des adeptes inconditionnels et des détracteurs.

Trois principes permettent de résumer l'esprit de l'analyse technique :

- Le marché prend tout en compte : diverses raisons poussent certains à acheter et d'autres à vendre. A quoi bon chercher à analyser les arguments des uns et des autres, seul compte le résultat de cette confrontation : le prix, d'où cette focalisation sur les cours.

- Les cours suivent des tendances : souvent jugés aléatoires, les mouvements de prix peuvent toujours s'inscrire dans une tendance qu'il suffit de suivre jusqu'à leur rupture.

- L'histoire tend à se répéter : les intervenants de marché agissent principalement en fonction de leur expériences passées. Le passé étant connu, on suppose qu'il se reproduira et que les mêmes causes produiront les mêmes effets.

Sans prendre parti, on peut néanmoins affirmer que les graphiques et leur analyse :

- sont le meilleur moyen de représenter une évolution dans le temps, infiniment plus parlante qu'une série de nombres

- s'attachent moins aux raisons qui font évoluer un prix qu'à leurs conséquences

- sont de plus en plus utilisés, notamment dans des approches privilégiant le court terme.


Périodes

Plusieurs échelles de temps sont disponibles :

- 6 mois et 12 mois : utilisant des cours et volumes quotidiens

- 2 ans : les cours utilisés ici sont hebdomadaires, résumant les séances de bourse d'une même semaine (les volumes sont cumulés)

- 5 ans : les cours et les volumes sont mensuels


Courbe simple

Seuls les cours de clôture sont utilisés dans cette forme de représentation élémentaire.


Bar Chart

Forme de représentation des cours de bourse permettant de visualiser les cours d'ouverture, de clôture, le plus haut et le plus bas de la période retenue.

Encore appelés graphes en bâtonnets, les cours d'ouverture et de clôture sont représentés conventionnellement par des marques horizontales respectivement à gauche et à droite du segment vertical.


Chandeliers

Du fait de leur origine, ce type de graphes sont communément appelés bougies japonaises ou Japanese candelsticks. Ils améliorent la visualisation de l'évolution d'un cours de bourse à l'intérieur de leur période d'observation.

Les cours extrêmes sont reliés et constituent un segment vertical : l'ombre. La différence entre cours d'ouverture et cours de clôture est représentée sous forme d'une surface, le corps, conventionnellemnent foncée en cas de cours d'ouverture supérieur au cours de clôture et vide dans le cas contraire. Cette information supplémentaire, l'évolution du cours à l'intérieur d'une période de cotation, a permis de multiplier les "figures caractéristiques" pouvant donner des indications d'évolution de la tendance à court terme.


Indicateurs techniques

Les indicateurs techniques sont des courbes obtenues par application d'un processus de calcul à une série de cours sur une période donnée. Ils cherchent à mettre en évidence des situations de tension du marché, propices à des inversions de tendance.

Dans le module, certains d'entre eux s'expriment dans la même échelle que celle des cours du titre et peuvent donc être affichés conjointement : les indicateurs "supérieurs".

D'autres nécessitent l'affichage d'un graphique supplémentaire, les indicateurs "inférieurs".

A noter que, si l'affichage par défaut retenu inclut les volumes de transaction comme indicateur inférieur, l'option "aucun" proposée dans la liste permet, par la disparition du graphe secondaire, d'agrandir le graphe principal.


Moyenne mobile

Principale méthode statistique utilisée en analyse technique, elle peut s'appliquer à n'importe quelle série de nombres. Le calcul d'une moyenne permet de minimiser les situations extrêmes et donc, par lissage, de mieux appréhender une tendance.

Elle est dite :

- mobile dans la mesure où elle porte sur une un nombre fixe de données et où son calcul est réactualisé dès l'apparition d'une nouvelle donnée

- arithmétique par opposition aux moyennes mobiles géométriques (pondération par les volumes) ou exponentielles (l'influence des données est décroissante en remontant le temps).

Deux moyennes mobiles de cours peuvent être affichées simultanément. Le nombre de périodes servant au calcul doit être compris entre 2 et 100. Ce sont des moyennes mobiles arithmétiques portant sur des cours de clôture. Par construction, lorsqu'un cours croise sa moyenne mobile, il y a inversion de tendance sur la période analysée.


Bandes de Bollinger

Application à une série de cours de bourse des principes de la Loi Normale (loi des grands nombres). Sur un plan purement statistique, 97.5% des éléments d'une série répondant à une loi normale restent contenus dans une moyenne majorée ou minorée de deux écarts type.

Les bandes de Bollinger, par le calcul d'une moyenne mobile  calculée sur une durée, déterminent une enveloppe dans laquelle les cours de bourse ont une grande probabilité d'évoluer pour peu qu'ils suivent une distibution aléatoire ce qui peut être le cas dans un marché sans tendance bien établie. La valeur des paramètres doit être comprise entre 2 et 50.


Volumes d'échange

Souvent négligé, l'examen des volumes et surtout de leur évolution constitue un des fondements de l'analyse technique. Seuls les marchés "liquides", où les transactions sont suffisamment nombreuses, permettront une approche statistique significative. Une inversion de tendance s'accompagne le plus généralement d'une augmentation des volumes.


Momentum

Le momentum est un indicateur de base non borné qui calcule une différence, jour après jour, entre le cours de clôture et un cours de clôture de x périodes précédents. Sa représentation traduit la vitesse d'évolution d'un cours et son passage par zéro peut déterminer un changement de tendance.

Il est également fréquent d'utiliser les courbes de momentum pour en analyser les tendances et les divergences créées avec les courbes de cours. La valeur proposée en paramètre standard est de 10 périodes, les valeurs admises sont comprises entre 2 et 100.


RSI

Le RSI (Relative Strength Index ou Indicateur de Force relative) est un indicateur mathématique borné. Calculé sur une certaine période, il établit un rapport entre les variations des cours de clôture à la hausse et celles à la baisse.

Il évolue ainsi entre 0 et 100 et traduit le caractère sur-vendu ou sur-acheté d'un titre et peut mettre en évidence des situations propices à l'achat ou au contraire à la prise de bénéfices. Proposé pour son calcul à 14 périodes par défaut, les valeurs admises sont comprises entre 2 et 100.


MACD

(Moving Average Convergence Divergence). Indicateur résultant d'un calcul de différences entre deux moyennes mobiles. Cet oscillateur synthétise donc la vitesse d'évolution des cours.

Lorsque les moyennes mobiles divergent, on peut dire que la tendance s'affirme (la vitesse augmente) et inversement, en cas de convergence, la tendance perd sa force et laisse prévoir une inversion prochaine. Des signaux techniques d'achat et de vente sont donnés lorsque cet indicateur devient positif ou négatif.

Les trois paramètres doivent être compris entre 2 et 100. Les deux premiers servent à calculer les moyennes mobiles, le troisième étant un facteur de lissage. Leurs valeurs proposées par défaut sont 12-26-9.


Stochastique

Autre indicateur mathématique borné. En principe plus complet que le RSI car, en plus des cours de clôture, son calcul intègre les niveaux extrêmes de cours.

A l'usage, en l'absence de tendance affirmée sur un marché, le stochastique évolue de façon assez régulière entre bornes basses et hautes, offrant de bons points d'entrée et de sortie. En revanche, lorsque les stochastiques restent "collés" sur leurs extrêmes et indiquent une tendance forte du marché, les croisements de courbe sont moins significatifs.

Le modèle proposé est un "stochastique lent" dont les paramètres par défaut sont 5-3-3 mais qui peuvent varier de 2 à 100.


Cours ajusté

En cas d'opération significative sur le capital d'une société, l'incidence sur son cours de bourse est importante, provoquant une "rupture" dans la série des cours historiques. Ajuster les cours correspond à corriger l'historique des cours en fonction de l'évènement survenu.

Par exemple, si une société procède à une attribution d'action à raison d'une action nouvelle pour une action ancienne, le cours de l'action après attribution chutera mécaniquement de 50%, sans que l'actionnaire soit pénalisé.

Afin de conserver un caractère significatif à l'évolution des cours et donc aux graphiques historiques, les cours avant attribution seront divisés par deux tandis que les volumes de transaction seront doublés.


Gap

Terme anglais signifiant écart. Un gap est une zone de cours où aucun échange n'a eu lieu d'un jour sur l'autre et que l'on peut visualiser par une rupture sur un graphique en Bar Chart. Pour peu qu'il survienne sur un marché liquide, il traduit souvent une modification dans le comportement des opérateurs, s'accompagne de volumes importants et annonce un changement de tendance.


Théorie d'Elliot

Théorie assez ancienne et "ésotérique" selon laquelle les cours de bourse n'évoluent pas de façon désordonnée mais selon des cycles ascendants et descendants (les fameuses vagues) qui peuvent être modélisés et aider à la prévision.

Haut de page